Accueil

Jumelage:
Retrouvailles entre jumelles !

Sie sind hier: dfg-hof.de > Städtepartnerschaft > dossier du mois juin 2003
Vous êtes ici: dfg-hof.de > jumelage > dossier du mois juin 2003
extrait du journal municipal " Villeneuve infos " n░ 38 - juin 2003
Accueil 1990
juin 1990 : Roger PREVOT accueille Hans HEUN sous le regard de Dieter DÖHLA et d'Alain Bernard BOULANGER, alors premier adjoint.

Elle est notre seule jumelle. Pourtant, les relations officielles entre la francilienne et la bavaroise somnolaient depuis cinq ans, alors que certaines associations maintenaient farouchement le lien devenu, pour elles, naturel, obligé et source de rendez-vous annuels ou épistolaires. Hasard du calendrier, le retour d'une délégation municipale hofoise à Villeneuve-la-Garenne, du 13 au 16 juin prochains, va conclure trois semaines de nouveaux échanges transfrontaliers ainsi que la première année d'existence de la nouvelle association à vocation essentiellement sportive, « Jumelage Hof-Villeneuve-la-Garenne ».

Les maîtres mots sont l'amitié, la bonne franquette, la simplicité. Des histoires d'hommes et de femmes, tout simplement, mais qui peuvent, hélas ! disparaître avec leurs protagonistes. Les deux premiers magistrats des deux villes, Roger Prévot et le Dr. Hans Heun, étaient de la même génération, celle qui avait vécu la Seconde Guerre mondiale, mais aussi la résistance au nazisme. Ils entretenaient des rapports affectifs et partageaient un amour commun pour la bonne chère. Le premier nous a quittés fin 1999, le second n'avait pas été reconduit dans ses fonctions en 1998. Les échanges sportifs, scolaires ou culturels devenus routiniers s'essoufflent au rythme des renouvellements des équipes municipales des deux côtés de la frontière, jusqu'à ce que de la mise en sommeil des relations soit officialisée, faute de rencontres des édiles depuis 1998, depuis les trois semaines de festivités d' « Exp'Hof » organisées en mai à Villeneuve. Le Comité de jumelage, dépendant alors de la mairie de Villeneuve, se dissout même le 29 janvier 2000.

A quelques années de différence, les nouveaux maires, la soixantaine tous les deux, font converger leur culture historique. Aussi dès son élection, M. Boulanger tient à raviver le jumelage. Une volonté reportée d'un an, en raison des attentats du 11 septembre 2001.

Jean Doucet et Georges Gougeon venaient alors d'achever un voyage éclair, dans le cadre des sports de l'AVG, pour mettre au clair la situation avec leurs partenaires de Hof dont le comité n'avait pas bougé. Ils mettent alors sur pied, en juin 2002, une nouvelle association, indépendante, visant à mettre à la disposition de tout habitant ou association de Villeneuve les 22 ans d'expérience de ses membres. Bref, l'association « Jumelage Hof-Villeneuve-la-Garenne » se veut fournisseur de contacts. « C'est ainsi qu'a pu se monter le raid cyclotouriste de fin mai, affirme fièrement Georges Gougeon (voir encadré ci-contre). La structure précédente, le Comité de Jumelage, était directement organisatrice et n'avait pas d'obligation de résultats. Ce qui change avec les statuts de la nouvelle association. » Jean Doucet actuel président de l'association de jumelage, faisait partie de la première délégation partie à Hof en 1981, à la demande de la Maison des jeunes de Hof. La Charte des villes jumelées avait été signée le 12 octobre 1980, mais aucun organisme ne chapeautait les échanges. L'AVG séjourna donc onze jours, en juillet 1981, et inaugura les bonnes relations.

Du côté de la natation, les relations entre clubs et familles ont été les plus durables. Le cyclisme et le foot ont été très efficaces aussi. Le Club de plongée a même inauguré le lac artificiel nouvellement creusé. En dehors du sport, l'Ecole de musique et le Lycée Pompidou n'ont pas été en reste, et chez les majorettes, les « Narhalla » de Hof ne laissent pas de charmants souvenirs qu'aux « Iris » d'ici.

Un seul couple mixte est venu sceller cet attachement entre les deux villes qui ont été mises en contact, à l'origine, par la Fédération mondiale des villes jumelées. L'adhésion à la Charte obligeait à postuler pour un jumelage avec une ville de taille correspondante. Hof, de son côté, souhaitait trouver une ville proche de Paris. Entre-temps, avec la chute du Mur et l'arrivée de « Ossies » dans cette ville frontalière de l'ex-Allemagne de l'Est et de la République tchèque, nantie d'un aéroport et du plus gros radar d'Europe, la population hofoise a dépassé les 50000 habitants.

Il va falloir se mettre à l'allemand, car l'anglais, ou le franšais des Hofois ne suffiront pas toujours. Qu'on se le dise le jumelage repart.

Lucile Richardot



© Association Franco-Allemande Hof e.V. - Hof 2003